Les « snuff bottles » (tabatières ou flacons pour tabac à priser) ont été utilisées en grand nombre au cours de la Dynastie Qing (1644 à 1912) pour des raisons médicinales.

Apparus au XVIème siècle, les flacons de tabac à priser sont rapidement devenus des objets de beauté et, pour les notables, un signe extérieur de richesse ce qui explique le prix de certaines tabatières anciennes dépassant les 2000 €, en fonction de la matière utilisée…

La taille d’un flacon de tabac à priser est assez petite pour tenir dans la paume de la main.   Ces flacons ont été fabriqués dans de nombreux matériaux différents : ivoire, porcelaine, jade, corne de rhinocéros, bois, écaille de tortue, métal, céramique ainsi qu’à partir de pierres semi-précieuses telles l’agate, le lapis-lazuli, l’améthyste, le jaspe, l’aventurine, le quartz, le cristal de roche etc…

Le bouchon a souvent une très petite cuillère attachée pour extraire le tabac à priser et le déposer sur le dos de la main entre le puce et l’index.

Bien que rares, ces flacons étaient également utilisés par les femmes en Europe à l’époque victorienne, généralement en verre taillé.

Les flacons peuvent être tout simples ou richement décorés et représenter des scènes de vie, des légendes, des fleurs, des animaux, des personnages.

Les premières bouteilles peintes à l’intérieur, très recherchées, ont été faites entre 1820 et 1830.

La Galerie présente de très nombreuses tabatières, certaines collectionnées depuis plus de 40 ans, en général en pierres semi-précieuses et quelques-unes avec peints à l’intérieur des empereurs ou des personnages marquants de la période Qing…

 

 

 

 

Aller en haut