Offres spéciales

Ecriture 1

Ecriture 1

80,00 € 150,00 €
Ecriture 2

Ecriture 2

80,00 € 150,00 €
La descente aux abysses

La descente aux abysses

80,00 € 150,00 €
Couchant rouge

Couchant rouge

80,00 € 150,00 €
Cars in NYC

Cars in NYC

80,00 € 150,00 €
People in NYC

People in NYC

80,00 € 150,00 €
Fruits et boissons

Fruits et boissons

80,00 € 150,00 €

Liste des oeuvres par artiste :  Utamaro

UTAMARO (1753 – 1806)


Utamaro est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Kitagawa, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste) Utamaro.

Kitagawa Utamaro est un peintre japonais, spécialiste de l'Ukiyo-e. Il est particulièrement connu pour ses représentations de jolies femmes (bijin-ga), mais son œuvre comprend également de nombreuses scènes de nature et d'animaux.


On a pu dire du style d'Utamaro qu'il marquait à la fois l'apogée et le point de départ du déclin de l'art traditionnel de l'ukiyo-e. Il sut en effet porter l'art du portrait à son sommet, par de nombreux apports :
portraits visant à la ressemblance, malgré les conventions de l'art japonais,visage « en gros plan », en buste (okubi-e) donnant à l'image un impact saisissant,utilisation fréquente de fonds micacés (kira-e), donnant un aspect à la fois luxueux et sobre au portrait,
utilisation sans précédent du noir des chevelures féminines, dont la densité est augmentée par une double impression, virtuosité extraordinaire du traitement des cheveux (un défi pour le graveur)...                             


Utamaro a eu recours très tôt, dès sa série « Dix types d'études physiognomoniques de femmes », à l'utilisation d'un fond recouvert de paillettes de mica. Il fut l'inventeur de ce procédé, appelé kira-e.
Son travail parvint en Occident au XIXe siècle où il rencontra un grand succès. Il a particulièrement influencé les impressionnistes par ses cadrages audacieux et le graphisme de ses estampes. Il était alors connu sous le nom d'« Outamaro », transposition selon l'orthographe française de la prononciation de son nom (orthographe reprise à l'époque dans certains autres pays occidentaux).

Il fut surnommé en 1891 par Edmond de Goncourt « le peintre des maisons vertes » (les maisons closes), même si un tiers seulement des très nombreuses estampes que l'on connait de lui furent en réalité consacrées au Yoshiwara.1

Résultats 1 - 1 sur 1.
Résultats 1 - 1 sur 1.

QR code

Déjà vu

No products

Menu